Mises à jour relatives à la COVID-19

Guide pour l’intégration de considérations relatives à la diversité dans la conception de la recherche à l’intention des candidates et candidats aux bourses de doctorat et aux bourses postdoctorales

Conformément à l’Énoncé des trois organismes sur l’équité, la diversité et l’inclusion et au Plan d’action des trois organismes pour l’équité, la diversité et l’inclusion, le CRSH entend favoriser l’intégration des principes d’équité, de diversité et d’inclusion dans la conception des projets et des pratiques de recherche. Les organismes subventionnaires reconnaissent que les Premières Nations, les Métis et les Inuit sont détenteurs de droits à titre de Premiers peuples du Canada, et qu’il faut donc élaborer des initiatives selon une approche fondée sur les distinctions, comme l’indique le plan stratégique Établir de nouvelles orientations à l’appui de la recherche et de la formation en recherche autochtone.

Quand on adopte des approches fondées sur l’équité, la diversité et l’inclusion dans la conception de la recherche (questions de recherche, méthodologie, cadre théorique, revue de la littérature, analyse, interprétation et diffusion des résultats), on met au jour des questions complexes associées au vécu et à l’histoire de différents groupes et de différentes personnes. Ces questions peuvent se révéler pertinentes, voire parfois cruciales, pour la conceptualisation des projets de recherche et la proposition de solutions à des problèmes sociaux importants. En intégrant ces approches à la recherche, on rend celle-ci plus éthique, plus rigoureuse et plus applicable, et on contribue à l’excellence en recherche.

Dans l’ensemble de ses occasions de financement, le CRSH oblige ou encourage de plus en plus les candidates et candidats à adopter ce type d’approches dans la conception de leurs projets de recherche, lorsque le contexte s’y prête. Ainsi, les candidates et candidats aux bourses de doctorat et aux bourses postdoctorales du CRSH doivent remplir le Module sur les considérations relatives à la diversité dans la conception de la recherche, qui se trouve dans le système en ligne où figurent tous les documents nécessaires à la demande.

Ces initiatives viennent compléter les actions menées par le CRSH dans le cadre du Plan d’action des trois organismes pour l’équité, la diversité et l’inclusion, notamment dans le but de supprimer les obstacles systémiques de l’écosystème de recherche et garantir le caractère équitable et inclusif des pratiques de recherche.

Au sujet du présent guide

Le guide contient des définitions, des exemples, des questions d’orientation et des ressources pour intégrer la diversité au projet de recherche, et précise les attentes à cet égard. Le Module sur les considérations relatives à la diversité dans la conception de la recherche est une initiative pilote. Le CRSH vous invite à proposer des façons d’améliorer ce guide.

Module sur les considérations relatives à la diversité dans la conception de la recherche – But et attentes

Ce module favorise l’excellence de la recherche : il invite à réfléchir à la manière dont on peut renforcer le projet de recherche en tenant compte de divers facteurs de diversité et d’identité, comme les suivants : âge, handicap, éducation, origine ethnique, expression de genre, identité de genre, statut d’immigrant ou de nouvel arrivant, identité autochtone, langue, neurodiversité, qualité ou responsabilités de parent, lieu d’origine, race, religion, orientation sexuelle et situation socioéconomique. Les définitions figurent à l’annexe I.

La conception de la recherche comprend des éléments tels que les questions de recherche, la méthodologie, les théories, les sources, l’analyse, l’interprétation et la diffusion des résultats.

Reconnaître la diversité permet de mieux comprendre les différents points de vue et expériences des gens, et aide à lutter contre les obstacles et les désavantages auxquels sont confrontées certaines personnes en raison de leur identité et de leurs rapports au pouvoir. Si l’on ne tient pas compte de cette diversité, on risque d’aboutir à des résultats erronés ou non représentatifs, à une mauvaise application des résultats et à des occasions ratées. Les différences dans les facteurs de diversité et d’identité peuvent influer sur les résultats de recherche, et sur leur portée. Une recherche qui tient compte des questions de diversité est plus utile aux populations visées et a un retentissement plus grand.

En accordant une place à la diversité, vous pouvez contribuer aux processus et aux retombées de la recherche qui favorisent l’inclusion et l’équité. Il arrive que certains projets de recherche ciblent ces aspects ou abordent les questions sous le prisme de la justice sociale ou de la lutte contre l’oppression, alors que d’autres, non. L’intégration des questions de diversité est un bon point de départ vers l’incorporation des principes d’équité, de diversité et d’inclusion à toutes sortes de disciplines et de sujets de recherche.

Le CRSH est conscient que les façons de faire et les normes varient d’une discipline des sciences humaines à l’autre, voire au sein même des disciplines. Quand vous réfléchirez à la pertinence des questions de diversité pour votre projet de recherche et à la manière de les y intégrer, consultez vos collègues et vos superviseures ou superviseurs et utilisez les normes et principes propres à votre domaine de recherche, à votre sujet et à votre méthodologie.

Même si vous estimez au premier abord que les questions de diversité ne s’appliquent pas à votre projet, réfléchissez bien avant de répondre par la négative. Vous devrez justifier votre choix quel qu’il soit.

Bien que ce module soit obligatoire pour les candidates et candidats aux bourses de doctorat et aux bourses postdoctorales du CRSH, cette partie de la demande ne fera pas l’objet d’une évaluation du mérite cette année. Pour l’instant, l’objectif est de sensibiliser les candidates et candidats, les superviseures et superviseurs et les établissements. L’intégration du module au processus d’évaluation et la mise à jour du présent guide sont prévues pour l’année prochaine.

Comment tenir compte des questions de diversité dans la conception de mon projet de recherche?

Approches

Les questions de diversité – âge, handicap, éducation, origine ethnique, expression de genre, identité de genre, statut d’immigrant ou de nouvel arrivant, identité autochtone, langue, neurodiversité, qualité ou responsabilités de parent, lieu d’origine, race, religion, orientation sexuelle et situation socioéconomique – peuvent être intégrées au projet de recherche de différentes manières.

Il est par exemple possible de recourir à une analyse comparative entre les sexes plus (ACS+), à l’intersectionnalité ou encore à une approche visant la lutte contre le racisme. Ces différentes approches ne sont d’ailleurs pas incompatibles. Choisissez celle qui convient le mieux à votre discipline, à votre méthodologie et à votre sujet, en vous demandant qui sont les personnes les plus concernées par la recherche que vous proposez.

Certaines demandes peuvent aussi faire appel à des approches et méthodes de recherche autochtone, selon la nature du projet. Voir la section Méthodes ci-après.

Vous trouverez à l’annexe I la définition des termes employés dans ce guide, et à l’annexe II, une liste de ressources.

Exemples et points à considérer

Ci-après figurent des points à considérer dans le cadre des différentes étapes de la conception de votre projet de recherche. Cette liste n’est pas exhaustive et peut ne pas concerner tous les domaines et projets. Si vous estimez qu’à première vue, elle ne s’applique pas directement à votre recherche, essayez de trouver des exemples comparables qui pourraient s’y appliquer.

  • Questions de recherche

    Demandez-vous comment la diversité est prise en compte dans vos questions de recherche. Vous pourriez ainsi accroître l’importance de votre étude et sa possibilité d’être appliquée à divers groupes.

    • En quoi vos questions de recherche et les résultats qui en découleront s’appliqueront-ils aux besoins ou aux expériences de certains groupes, dans une perspective spécifique, intersectionnelle ou comparative?
    • Votre recherche est-elle liée à des groupes racisés ou sous-représentés? Qui profitera de vos résultats de recherche? Avez-vous songé aux populations pour qui la recherche prévue pourrait avoir des conséquences inattendues (positives ou négatives)? Les populations les plus touchées par votre étude participent-elles à l’élaboration des objectifs de recherche?
    • Inviterez-vous des membres de la population ou de la communauté à l’étude à participer à la sélection des questions de recherche?
  • Méthodes

    Vous pouvez renforcer votre échantillon en le rendant plus inclusif et plus représentatif de la population selon différents facteurs de diversité et d’identité. Vous pouvez aussi axer votre étude sur un ou plusieurs groupes sous-représentés.

    Si des personnes participent à votre étude, demandez-vous à qui vous comptez faire appel. Consultez l’Énoncé de politique des trois conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains (EPTC 2, 2018).

    Familiarisez-vous avec les publications portant sur les bonnes pratiques ou les bons protocoles de consultation publique qui s’appliquent aux communautés visées par votre étude. Dans les aspects à prendre en compte figurent entre autres la vie privée, les questions de propriété, de contrôle et de possession des données et les différentes formes d’aide nécessaires (financière, logistique, culturelle, linguistique, etc.) pour que la participation des personnes ou des communautés visées soit constructive.

    Les candidates et candidats qui proposent un projet de recherche autochtone, qu’elles ou ils soient Autochtones ou non, s’engagent à entretenir une relation fondée sur le respect de toute personne ou communauté autochtone. Toute étude visant des personnes autochtones doit être menée conformément au chapitre 9 de l’EPTC 2 (« Recherche impliquant les Premières Nations, les Inuit ou les Métis du Canada »). Les candidates et candidats doivent aussi consulter la définition de recherche autochtone et l’Énoncé de principes en matière de recherche autochtone du CRSH, et sont censés tenir compte des éléments qui s’appliquent aux bourses dans les Lignes directrices pour l’évaluation du mérite de la recherche autochtone.

  • Théories et sources

    Si vous travaillez avec des sources primaires ou secondaires, songez à consulter et à citer des ouvrages de divers points de vue : travaux d’auteurs qui sont issus de groupes sous-représentés; travaux qui se fondent sur la théorie critique (genre, race, handicap); travaux qui reposent sur des méthodes de recherche portant sur les systèmes de savoirs autochtones ou la décolonisation; etc.

  • Analyse et interprétation

    Demandez-vous comment votre analyse peut tenir compte des identités spécifiques et intersectionnelles :

    • Les résultats de la revue de la littérature reflètent-ils la diversité et les retombées pour différents groupes de personnes? Quelles sont les lacunes en matière de connaissances? Y a-t-il des études pour lesquelles les facteurs pertinents de diversité et d’identité n’ont pas été bien intégrés ou leurs intersections n’ont pas été bien examinées?
    • Avez-vous utilisé une méthode pour ventiler vos données (aussi bien dans la collecte que dans l’analyse) en fonction de variables liées à la diversité? Envisagez-vous d’effectuer une analyse intersectionnelle des données?
    • Si des groupes diversifiés participent à la recherche, pourront-ils aussi participer à l’interprétation des données et à l’examen des résultats avant la fin du projet?
  • Diffusion

    Demandez-vous quels supports de diffusion seraient les plus indiqués pour que les résultats soient communiqués à diverses communautés et que celles-ci puissent s’en servir.

    • Avez-vous réfléchi à l’aspect linguistique? Il est ici question de l’anglais, du français et de toute autre langue pertinente, selon les personnes ou communautés participantes ou tout autre public visé.
    • Vos résultats seront-ils disponibles dans des supports de diffusion accessibles?

Annexe I – Définitions

Les définitions suivantes s’inspirent de celles qui figurent dans les Pratiques exemplaires en matière d’équité, de diversité et d’inclusion en recherche – Guide à l’intention des candidats aux concours du fonds Nouvelles frontières en recherche et le Guide du CRSH pour aborder les considérations liées à l’équité, à la diversité et à l’inclusion dans les demandes de subvention de partenariat.

La diversité se définit par les différences reposant sur des facteurs tels que l’âge, le handicap, l’éducation, l’origine ethnique, l’expression de genre, l’identité de genre, le statut d’immigrant ou de nouvel arrivant, l’identité autochtone, la langue, la neurodiversité, la qualité ou les responsabilités de parent, le lieu d’origine, la race, la religion, l’orientation sexuelle et la situation socioéconomique. La diversité des perspectives et du vécu est fondamentale pour atteindre l’excellence en recherche et en formation.

L’équité est synonyme de justice, c’est-à-dire que toutes les personnes, quelle que soit leur identité, sont traitées de manière juste. Pour ce faire, il faut veiller à ce que les mécanismes d’attribution des ressources et de prise de décision n’entraînent pas de discrimination fondée sur l’identité, s’attaquer aux obstacles et aux préjugés systémiques et, éventuellement, offrir aux gens différents degrés d’aide pour qu’ils puissent accéder ou participer entièrement à tel ou tel programme ou projet de recherche et en tirer pleinement parti.

Le genre se rapporte aux rôles, aux comportements, aux expressions et aux identités construits par la société pour les filles, les femmes, les garçons, les hommes et les personnes ayant diverses identités de genre. Le genre influence la perception que les gens ont d’eux-mêmes et d’autrui, leur façon d’agir et d’interagir et la répartition du pouvoir et des ressources dans la société. Le genre est souvent perçu comme un concept binaire (fille/femme et garçon/homme); on observe pourtant une grande diversité dans la façon dont les personnes et les groupes le comprennent, le vivent et l’expriment, notamment les personnes au genre fluide, non binaires, transgenres et bispirituelles.

L’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) est une méthode qui sert à évaluer les répercussions possibles des politiques, des programmes, des services et d’autres initiatives (comme la conception de projets de recherche) sur divers groupes de femmes, d’hommes et de personnes aux identités de genre diverses. Elle tient compte d’une multitude de facteurs de diversité et d’identité. Le « plus » met en évidence le fait que l’ACS+ va au-delà de la dimension de sexe pour intégrer l’examen de toutes sortes de facteurs de diversité et d’identité intersectionnels (comme l’âge, la culture, le handicap, l’éducation, l’origine ethnique, le statut d’immigrant et de nouvel arrivant, l’identité autochtone, la langue, la neurodiversité, la qualité ou les responsabilités de parent, le lieu d’origine, la race, la religion, l’orientation sexuelle et la situation socioéconomique). Des ressources figurent à l’annexe II.

L’inclusion désigne la pratique visant à s’assurer que toutes les personnes sont valorisées et respectées pour leurs contributions et qu’elles reçoivent du soutien.

Pour savoir ce qu’est la recherche autochtone, consultez la définition du CRSH. Toute étude visant des personnes autochtones doit être menée conformément à l’EPTC 2, et plus particulièrement au chapitre 9, « Recherche impliquant les Premières Nations, les Inuit ou les Métis du Canada ». Des ressources figurent à l’annexe II.

L’intersectionnalité est un cadre théorique élaboré par la professeure Kimberlé Crenshaw en 1989, dans un article intitulé Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics, publié dans The University of Chicago Legal Forum. Elle y explique comment les femmes afro-américaines font l’objet de discrimination et de préjudices qui se superposent en raison de leur sexe et de leur race. Cette approche ou cet angle d’analyse aide les chercheures et chercheurs à mieux comprendre et à surmonter les multiples obstacles et préjudices auxquels font face les personnes présentant des facteurs identitaires, tels que la race, le genre, la sexualité et la classe. L’adoption d’une approche intersectionnelle dans l’élaboration de politiques et de projets de recherche permet de mieux cerner et de mieux surmonter les obstacles d’ordre systémique. Des ressources figurent à l’annexe II.

Annexe II – Ressources

La liste de ressources suivante n’est pas exhaustive. Vous devriez aussi consulter vos collègues et vos superviseures ou superviseurs, ainsi que les ressources d’équité, de diversité et d’inclusion de votre établissement.

Ressources des trois organismes subventionnaires

Analyse comparative entre les sexes plus

Lutte contre le racisme

Recherche autochtone

Intersectionnalité

Handicap

Date de modification :