Les migrants et la pandémie de COVID-19

La recherche au service de l’équité dans les politiques de migration et d’intégration

Date de publication : 2020-12-14 14:00:00

Des demandeurs d’asile de Somalie, d’Érythrée et du Soudan se préparent à quitter Tripoli, en Libye, le HCR ayant repris les vols d’évacuation vers le Rwanda en novembre 2020 une fois levées les restrictions de mouvement liées à la pandémie de COVID-19.

Photo : © HCR/Caroline Gluck

La pandémie de COVID-19 a entraîné la fermeture des frontières et laissé nombre de migrants en plan, ce qui a créé une foule de difficultés imprévues pour maints pays partout dans le monde. Il est donc plus important que jamais de comprendre les dessous de la migration – et de l’intégration des migrants à leur nouveau milieu – afin de favoriser des politiques équitables qui seront bénéfiques pour les pays de destination comme pour les pays d’origine.

Anna Triandafyllidou est titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la migration et l’intégration à la Ryerson University. Elle-même migrante (elle est née en Grèce et a vécu dans plusieurs pays d’Europe avant de s’installer au Canada), la chercheure a un point de vue singulier sur deux questions habituellement envisagées séparément.

Dans le milieu de la recherche universitaire et de l’élaboration des politiques, la migration et l’intégration sont rarement examinées côte à côte, explique-t-elle. Mais dans les faits, elles sont étroitement liées. Elle a donc sauté sur l’occasion de les étudier comme un tout.

La fermeture des frontières pour cause de COVID-19 a eu des répercussions majeures sur les migrations et la mobilité. Elle l’a constaté personnellement quand les chercheurs étrangers qu’elle avait recrutés pour la chaire n’ont pu venir au Canada. Mais elle a aussi compris que la pandémie a ouvert d’importantes possibilités  de recherche.

Diffusion rapide de perspectives internationales sur un problème mondial

L’équipe d’Anna Triandafyllidou a cru nécessaire de centrer ses recherches sur des enjeux de politiques émergents et sur des problèmes tangibles et urgents. Les délais de publication dans le milieu universitaire s’étendent souvent sur des années; pour présenter ses résultats plus rapidement, l’équipe a lancé le blogue Pandemic Borders, auquel contribuent des chercheurs et des universitaires du Canada et d’ailleurs.

Les auteurs du blogue se sont penchés, entre autres, sur les obstacles qui se dressent devant les réfugiés et les étudiants étrangers, sur l’importance des travailleurs migrants pour de nombreux secteurs essentiels et sur le soutien public et privé dont ont besoin ces migrants.

Selon  Anna Triandafyllidou, il y a eu des choses très positives. Il y a beaucoup de solidarité dans le monde, et des pays s’efforcent par exemple de fournir des services de santé à tous ceux qui y vivent, qu’ils aient ou non le statut de citoyenneté normalement requis pour y avoir droit.

Le blogue a attiré plus de 65 000 lecteurs distincts depuis mai 2020. Depuis peu, l’accent y est mis sur l’avenir qui se dessine pour les migrations, d’ici la fin de la pandémie et par la suite.

Examen des problèmes sous différents angles

Le blogue n’est qu’un des projets que supervise Anna Triandafyllidou dans son rôle de titulaire d’une chaire d’excellence en recherche du Canada. Son équipe, qui est financée par le Conseil de recherches en sciences humaines, les Instituts de recherche en santé du Canada, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et la Ryerson University, s’est vu confier un mandat de sept ans au cours duquel elle scrutera divers sujets liés aux migrations et à l’intégration.

L’un des projets de l’équipe consiste à encadrer des étudiants étrangers des cycles supérieurs partout au Canada pour la création de courtes vidéos dans lesquelles ils parlent d’eux et de leurs aspirations. Il y a aussi un projet qui porte sur l’utilisation que les immigrants font des médias sociaux pour s’informer et établir des contacts, souvent avant leur arrivée au pays, et sur la possibilité pour les services d’aide à l’établissement de mettre à profit les réseaux sociaux afin d’offrir une meilleure aide.

Mise à niveau des politiques

Anna Triandafyllidou voit dans son travail un moyen de préconiser des changements concrets en fournissant aux décideurs les données et les éclairages dont ils ont besoin pour prendre des décisions innovantes et inclusives. Parmi les idées proposées, mentionnons la création de permis numériques temporaires qui permettraient aux travailleurs hautement qualifiés de travailler « au Canada », mais de leur pays d’origine, d’ici la reprise des vols. L’idée a gagné en popularité et a été promue par le Conseil canadien des affaires comme moyen de relancer l’économie.

Si le Canada est reconnu partout dans le monde pour son soutien aux nouveaux arrivants, Anna Triandafyllidou estime que la gouvernance de la diversité est un défi de tous les instants : c’est comme une relation, il faut entretenir la flamme et, pour ce faire, on peut notamment veiller à ce que les politiques reflètent les réalités actuelles.

Pour plus de précisions sur les travaux d’Anna Triandafyllidou, on peut consulter la page de la Ryerson University consacrée à la chaire (en anglais), lire son plus récent livre, Migrants with Irregular Status in Europe: Evolving Conceptual and Policy Challenges, et suivre @CERCMigration et @triandafyllidou sur Twitter (en anglais).