Nourriture, communautés et culture

Un livre de recettes bilingue aide les jeunes Cris à renouer avec les connaissances et la langue cries

Date de publication : 2020-11-12 13:30:00

Photo : Gerald Mason, de la Nation crie de Fisher River

La nourriture est un élément essentiel de la vie et de la culture autochtones : elle unit les gens tout en nourrissant le corps et l’âme. Pour éviter que les recettes traditionnelles ne tombent dans l’oubli tandis que les Aînés avancent en âge et pour préserver la langue et les connaissances cries sur les façons de vivre des produits de la terre, la Nation crie de Fisher River, au Manitoba, s’est associée à Shailesh Shukla, professeur agrégé d’études autochtones à l’Université de Winnipeg, pour produire un livre de recettes accompagnées de récits et d’enseignements en anglais et en cri.

Il s’agit d’une édition revue et mise à jour de The Forgotten Traditional Foods of Fisher River, qui a été publié en anglais en 2014 dans le cadre du programme de stages sur le terrain de l’Université de Winnipeg. Les étudiants s’étaient alors entretenus avec 17 Aînés et dépositaires du savoir, dont des jardiniers, des pêcheurs, des fabricants de marinades et de conserves et des chasseurs, ce qui a donné un livre qui marie 69 recettes traditionnelles à des récits.

L’idée, c’était de créer un outil susceptible d’aider les jeunes à renouer avec certaines compétences et connaissances qui se sont perdues au fil des générations, explique Carol Cochrane, intervenante en soutien aux personnes diabétiques aux services de santé de Fisher River, qui a joué un rôle de premier plan dans la conception du premier livre de recettes.

Relier nourriture et langue

Photo : Gerald Mason, de la Nation crie de Fisher River

Dans le cadre de ses recherches, Shailesh Shukla s’est surtout intéressé à la sécurité et à la souveraineté alimentaires autochtones ainsi qu’à la redynamisation des systèmes de connaissances autochtones. Quand il est venu à Fisher River diriger une séance d’orientation pour le programme de stages de l’université, il a tout de suite compris que la nourriture était au cœur de la culture et de l’identité de la communauté.

Au cours de ses conversations avec des Aînés et d’autres personnes de la communauté, la nourriture revenait sans cesse, et il a constaté que c’était là un dénominateur commun qui unissait les gens.

Ses conversations avec les Aînés lui ont également appris que ces derniers craignaient la disparition de la langue crie. Il a donc eu l’idée de repenser le livre de recettes de 2014 de manière à relier les deux éléments.

Fort d’un financement de l’Université de Winnipeg et d’une subvention de développement Savoir du CRSH, il a piloté la traduction en cri du livre de recettes, en étroite collaboration avec la Nation crie de Fisher River et des spécialistes de la langue crie, afin d’obtenir une traduction exacte et adaptée aux besoins de la communauté. La nouvelle version est parue à la fin de 2019, année proclamée Année internationale des langues autochtones par l’Organisation des Nations Unies.

Succès international

Le livre de recettes a reçu un accueil des plus enthousiastes non seulement dans la Nation crie de Fisher River mais également partout au Canada et ailleurs dans le monde. À l’automne 2020, le premier tirage était presque épuisé, et un deuxième tirage était en cours de préparation. Le livre a même été mis en candidature pour un Gourmand World Cookbook Award, dans la catégorie Presses universitaires.

Depuis la parution du livre, d’autres Premières Nations ont communiqué avec le professeur Shukla, notamment les Premières Nations ojibway de Bloodvein et de Brokenhead qui se disent intéressées à se lancer dans un projet similaire afin de préserver leurs traditions culinaires, leur langue et leur culture.

Shailesh Shukla affirme que le livre a déjà un impact positif : il a été diffusé dans d’autres communautés autochtones du Manitoba et est utilisé dans les cours d’économie domestique et de langue dans les écoles de la Nation crie de Fisher River. Il espère poursuivre ses travaux afin d’aider la Nation crie de Fisher River et d’autres communautés autochtones à redonner à la nourriture traditionnelle une place importante dans le mode de vie des Autochtones et à améliorer la santé des communautés en consolidant la sécurité et la souveraineté alimentaires.

Selon lui, il s’agit d’une excellente plateforme pour la réconciliation, en ce sens qu’elle permet aux communautés de changer les choses et de cheminer vers un avenir durable.

On peut consulter les communiqués (en anglais) annonçant la publication du livre et l’attribution du Gourmand Award ainsi que la page Web de Shailesh Shukla (en anglais). Il a également été question du livre dans les sites Web Sweetgrass Trading et Windspeaker ainsi que dans la section NewsCentre du site Web de l’Université de Winnipeg. On peut se procurer un exemplaire de ce livre en communiquant avec le Département d’études autochtones de l’Université de Winnipeg.