Mises à jour relativement à la COVID-19

COVID-19 : impact sur les programmes du CRSH, base de données d'experts et perspectives de la communauté.


Horizon 2020 : des chercheurs canadiens apportent leur expertise sur les questions de migration

Le CRSH et le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) sont heureux d'annoncer que trois équipes de chercheurs canadiens ont été retenues à l'issue de l’appel à propositions Horizon 2020 – Migration.

Au cours des trois prochaines années, ces équipes se pencheront sur des questions cruciales en matière de migration dans différents pays, notamment :

  • l’évaluation de l'efficacité des systèmes de protection internationale dans le contexte agité d’aujourd’hui;
  • la compréhension des parcours de migration et l’élaboration de scénarios en vue de l’adoption de meilleures politiques européennes en matière de migration;
  • la détermination de meilleures façons de répondre aux besoins des migrants vulnérables.

La contribution du Canada aux projets de ces trois équipes s’élève à près de 700 000 $. Le CRSH consacre 591 289 $ au financement des trois projets, et le FRQSC finance deux des projets à hauteur de 50 000 $ chacun, soit 100 000 $ en tout. Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada cherche pour sa part à collaborer avec des chercheurs pour élargir ses partenariats et diffuser les connaissances émanant de la recherche. Son objectif : consolider et promouvoir la recherche socioéconomique fondée sur des données probantes qui appuie l'élaboration de politiques et de programmes publics.

Michelle Paradis
Conseillère en communications
Conseil de recherches en sciences humaines
313-549-6141
medias@sshrc-crsh.gc.ca

Camille Delsart
Responsable de programmes
Fonds de recherche du Québec – Société et culture
514-873-2114, poste 1290
camille.delsart@frq.gouv.qc.ca

PROTECT
Le droit à la protection internationale. Un pendule entre mondialisation et nativisation?

Idil Atak, Ryerson University

Description du projet

Le projet de recherche PROTECT examine des moyens de maintenir et de faire progresser le système international de protection des migrants compte tenu de visions politiques conflictuelles. Les chercheurs étudieront l'impact du Pacte mondial sur les réfugiés et du Pacte mondial sur les migrations des Nations Unies sur le système international de protection des réfugiés. Dirigé par l'Université de Bergen, en Norvège, le projet compare la situation des réfugiés dans les pays de l'Union européenne, au Canada et en Afrique du Sud. Il est mené par un consortium international de onze universités.

Idil Atak, professeure agrégée de criminologie à la Ryerson University, dirige les parties du projet qui ont trait au Canada. Elle contribue aux analyses juridiques et doctrinales afin de trouver des manières de définir les relations juridiques entre les pactes mondiaux des Nations Unies, les systèmes de protection des droits de la personne à l’échelle mondiale et régionale et la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

En savoir plus au sujet du projet PROTECT

QuantMig
Quantifier les scénarios de migration pour élaborer de meilleures politiques

Alain P. Bélanger, Institut national de recherche scientifique

Description du projet

Le projet QuantMig fait partie d'un projet de recherche plus vaste mené avec le soutien du FRQSC et du Conseil européen de la recherche. Il vise à produire des scénarios migratoires quantitatifs complets à multiples perspectives en vue d'appuyer l'élaboration de meilleures politiques migratoires européennes. Les méthodes de recherche sont fondées sur les plus récentes avancées en matière de conceptualisation, d'explication, d'estimation et de prévision des migrations. Le suivi précis des schémas migratoires, des pays d'origine aux pays de destination en passant par les pays de transit, alimentera cette base de connaissances exhaustive, en phase avec les priorités politiques européennes de l’heure. Outre le partenaire canadien, le projet QuantMig rassemble des spécialistes des migrations de sept universités et instituts de recherche européens.

Alain Bélanger, spécialiste des microsimulations et des projections démographiques, dirige la partie du projet qui a trait au Canada. Il contribuera à l’élaboration d’un modèle de prévisions par microsimulation de la population européenne future. Cette collaboration permettra également de réaliser des études comparatives avec le Canada et les États-Unis.

En savoir plus au sujet du projet QuantMig

Vulnerabilities Under the Global Protection Regime (VULNER)
Comment la loi évalue-t-elle, traite-t-elle, façonne-t-elle et produit-elle les vulnérabilités de ceux qui veulent être protégés?

Delphine Nakache, Université d'Ottawa, François Crépeau, Université McGill, et Dagmar Soennecken, Université York

Description du projet

Les instruments juridiques et de politique mondiaux et européens tentent de plus en plus à répondre aux besoins précis des migrants vulnérables. Mais comment définit-on la « vulnérabilité »? Le projet VULNER se penche sur cette question en menant des études sur le terrain dans certains camps de réfugiés auprès de migrants qui cherchent une protection en Europe (Belgique, Allemagne, Italie et Norvège), en Amérique du Nord (Canada), au Moyen-Orient (Liban) et en Afrique (Ouganda et Afrique du Sud).

Professeure agrégée à la Faculté de droit (Common Law) de l’Université d’Ottawa, Delphine Nakache dirige les recherches menées sur la situation au Canada. Elle est appuyée dans son travail par deux cochercheurs (François Crépeau, Université McGill, et Dagmar Soennecken, Université York) et d’une coordonnatrice (Midori Kaga, doctorante, Université d’Ottawa). La recherche est également conduite en partenariat avec la cochercheure Maya Shuayb (Lebanese American University) et les collaborateurs James Milner (Carleton University) et Nathan Benson (Refugee Hub, Université d’Ottawa)

M. Crépeau dirigera les recherches sur les apatrides et sur l’Entente sur les tiers pays sûrs conclue entre le Canada et les États-Unis. Mme Soennecken, quant à elle, mènera les recherches sur la réinstallation au Canada. L’équipe de recherche tiendra des entrevues avec des informateurs clés et des participants migrants au Canada, en collaboration avec des partenaires communautaires de plusieurs provinces canadiennes.

En savoir plus au sujet du projet VULNER

Date de modification :