Qu'est-ce qui rend la vie belle?

Alex Michalos, récipiendaire de la Médaille d'or du CRSH, cherche réponse à cette question séculaire.

Date de publication : 2008-02-25 12:48:09

Cela fait 30 ans qu'Alex Michalos est en quête de la belle vie.

Sa recherche sur la manière de mesurer le bonheur et d'améliorer la qualité de vie alliée à sa détermination tranquille d'appliquer les théories universitaires à des problèmes concrets lui ont valu la réputation de « citoyen-chercheur », de même que le respect de ses pairs et des dirigeants politiques du monde entier. Aujourd'hui, il reçoit le plus grand honneur du CRSH : la Médaille d'or pour les réalisations en recherche.

Quand le Pentagone a vu croître le taux de dépression et de stress parmi ses soldats, il a fait appel à Alex Michalos pour évaluer la qualité de vie de ses militaires et de leurs familles. De même, le gouvernement mis en place en Afrique du Sud à la suite de l'apartheid lui a demandé de l'aider à évaluer et à améliorer la qualité de vie de ses citoyens. De l'Espagne à l'Australie, en passant par Hong Kong et la Colombie-Britannique, on admire M. Michalos pour sa compassion, son leadership sans prétention et sa détermination à partager ses connaissances pour le bien de tous.

« Je me suis toujours intéressé à ce qui rend le monde meilleur, explique le chercheur. Je suis fier de mes réalisations universitaires, mais je crois que mes recherches ne valent pas grand-chose si elles ne servent pas à améliorer la vie des gens. »

C'est probablement à Prince George, petite communauté du nord de la Colombie-Britannique, que M. Michalos a le mieux réalisé cet objectif. Il y a aidé à former le Prince George Community Planning Council, groupe d'action sociale qui s'intéresse au bien-être communautaire, à la santé, aux sans-abri et à d'autres questions locales importantes. Il a également aidé à mettre sur pied l'University of Northern British Columbia où il enseigne actuellement la science politique à titre de professeur émérite.

 « Je suis particulièrement satisfait du travail que j'ai accompli avec le Community Partners Addressing Homelessness de Prince George, souligne le chercheur. Ce travail a probablement eu un impact plus positif que l'ensemble de mes travaux universitaires. » Il a beau être modeste, M. Michalos a de très nombreuses réalisations universitaires à son actif, lesquelles ont influencé des dirigeants et des penseurs bien au-delà de son propre champ d'activité.

D'ailleurs, sa plus grande contribution à la recherche sur la qualité de vie a été de demander aux gens d'expliquer leurs sentiments à l'égard de leur vie. En combinant sentiments subjectifs, chiffres et outils de mesure, M. Michalos a mis au point un outil fiable qui permet de comprendre comment les gens perçoivent leur propre qualité de vie et, de ce fait, de trouver des solutions aux problèmes uniques de différentes communautés dans le monde entier.

Alex Michalos a fondé en 1974 la Social Indicators Research, la première revue universitaire consacrée à l'évaluation de la qualité de la vie. Il a ensuite fondé le Journal of Business Ethics et cofondé trois autres revues universitaires, dont la plus récente, le Journal of Academic Ethics, avec Deborah Poff. M. Michalos a également publié 22 ouvrages et plus de 85 articles revus par des comités de lecture. Ses travaux ont été traduits dans sept langues. Il a participé à la création et au développement de nombreux organismes d'étude de la qualité de vie, notamment l'International Society for Quality-of-Life Studies et la Canadian Rural and Remote Health Association.

Bien que les travaux de M. Michalos aient influencé les gouvernements et inspiré ses collègues, la motivation qui le pousse à atteindre l'excellence universitaire semble prendre racine dans son désir altruiste d'améliorer la vie de ses congénères. « Ma recherche sur la qualité de vie est vraiment liée à une théorie morale qui vise à apporter le plus grand bien au plus grand nombre, explique le chercheur. Ce n'est pas toujours facile pour les universitaires d'appliquer leurs recherches afin d'améliorer la condition humaine, mais c'est là justement le but de mon travail. »

Alex Michalos est le récipiendaire de la Médaille d'or du CRSH pour les réalisations en recherche de 2004.