L’Aurora College reçoit la visite des aînés autochtones et des chercheurs participant à un projet de recherche sur la décolonisation de l’éducation

 

Date de publication : 2018-03-07 17:05:00

Dans le cadre de leur projet de recherche intitulé Stories of Hope: Decolonizing Learning in Canada, l’Aurora College et l’Aurora Research Institute ont accueilli l’été dernier à Kettle Point, dans le parc national Wood Buffalo, près de Fort Smith, une rencontre réunissant des aînés autochtones et des partenaires de recherche de l’University of Alberta, de l’Université du Nouveau-Brunswick, de l’University of Saskatchewan, de l’University of Toronto et du Toronto District School Board.

Échelonné sur deux ans, ce projet, que dirige l’Aurora College, bénéficie d’une subvention de développement de partenariat de 240 000 $ du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH). Il a été lancé par le chercheur principal Dave Porter, directeur du campus Thebacha, et par Sarah Rosolen, gestionnaire du South Slave Research Centre. Il s’agit du premier projet de l’Aurora College que le CRSH subventionne depuis que cet établissement est devenu admissible à son financement, en 2014.

Les aînés autochtones et les universitaires se sont réunis sur des terres autochtones du 29 au 31 août dans le but d’échanger sur les progrès effectués dans les études et les activités qu’ils mènent pour examiner comment la décolonisation de l’éducation se déroule dans l’ensemble du pays. Des projets sur les sujets suivants sont en cours ou sont proposés : l’aide à apporter aux enseignants pour qu’ils intègrent les apprentissages autochtones dans des programmes de sciences remaniés; la possibilité, pour les étudiants, d’avoir accès à des occasions d’apprentissage sur des terres autochtones; l’adoption de pratiques culturelles autochtones et la tenue de cérémonies autochtones traditionnelles dans les salles de classe ordinaires; la production de livres et de ressources didactiques qui sont fondés sur les cultures, les expériences et les connaissances autochtones ou qui s’en inspirent; l’évaluation des programmes de sensibilisation aux pensionnats autochtones afin de s’assurer d’une participation véritable des survivants; l’offre de cours sur les arts autochtones (dont les arts visuels, les arts de la scène, la musique et le conte) dans les écoles secondaires ordinaires, qui pourraient remplacer les cours en silos (musique, art dramatique, danse, arts visuels, etc. offerts séparément); l’utilisation de techniques autochtones de recherche et de préparation de rapports pour l’exécution de recherches universitaires.

La présidente de l’Aurora College, Jane Arychuk, affirme que ce projet est parfaitement adapté à l’établissement.

Il existe actuellement, dans toutes les régions du Canada, y compris dans le nord du pays, des écarts importants entre les taux de réussite scolaire et les taux d’emploi des Autochtones et des non-Autochtones. De nombreux universitaires et dirigeants communautaires soutiennent que la décolonisation des systèmes d’éducation pourrait relancer l’apprentissage chez les jeunes Autochtones et leur donner les moyens de mieux réussir. La décolonisation d’un système d’éducation consiste à repenser la prestation des services d’éducation, ce qui comprend les programmes d’études, les méthodes et les relations avec les communautés.

« Ce projet répond aux besoins actuels des enseignants des Territoires du Nord-Ouest et d’ailleurs au Canada pour ce qui est d’offrir des possibilités d’apprentissage aux Autochtones, affirme Mme Arychuk. Il permettra d’étoffer et de consolider les efforts du personnel enseignant en matière de décolonisation et de produire de nouvelles connaissances qui faciliteront la tâche aux enseignants en devenir tandis qu’ils acquièrent les rudiments du métier. Non seulement cela guidera-t-il notre enseignement tout au long de la démarche de décolonisation de nos programmes, mais les constatations qui en résulteront permettront d’améliorer les expériences d’apprentissage des étudiants d’un bout à l’autre du pays. »

La subvention de développement de partenariat a été accordée à l’Aurora College en partie pour qu’il conçoive et mette à l’essai de nouvelles méthodes de recherche axées sur la collaboration, qui pourraient déboucher sur des modèles susceptibles d’être adaptés par d’autres ou de passer à l’échelle régionale, nationale ou internationale. L’Aurora College est le seul établissement des Territoires du Nord-Ouest admissible à demander des fonds au CRSH et à en recevoir.


Ce communiqué a été publié (en anglais) le 25 septembre 2017 sur le site Web de l’Aurora College. Le CRSH a attribué une subvention de développement de partenariat (Savoir) au projet.