Conception universelle

Tenir compte des défis technologiques que rencontrent les personnes handicapées sur le marché du travail

Date de publication : 2013-10-29 00:00:00

À mesure que la technologie envahit le marché du travail au Canada, de plus en plus d’emplois requièrent l’usage des technologies de l’information et des communications. Ainsi se sert-on fréquemment d’Internet comme outil de recherche dans les bureaux et de systèmes de vente à écran tactile dans les magasins. Toutefois, les technologies adaptées aux besoins des personnes handicapées en milieu de travail se font rares.

Une chercheure de Toronto incite donc les développeurs et les programmeurs à mettre au point des mises à jour de logiciel ou des applications Web reflétant le principe d’accessibilité. Selon Jutta Treviranus, directrice de l’Inclusive Design Research Centre de l’Ontario College of Arts and Design University et de l’Inclusive Design Institute de Toronto, les technologies de l’information et des communications ne devraient pas être pensées uniquement en fonction de « l’utilisateur moyen ».

« Il faut élaborer ces systèmes, de même que les politiques connexes, pour qu’ils soient accessibles à tous », soutient Mme Treviranus.

Par suite de ses travaux, elle recommande l’approche de « conception universelle », qui tient compte de la diversité humaine au moment de créer de nouvelles technologies. Grâce à cette approche, d’autres types de pointeurs, offerts aux personnes éprouvant de la difficulté à utiliser une souris, ont vu le jour. De plus, des lecteurs d’écran et des conceptions Web adaptées permettent aux personnes aveugles et à celles ayant une basse vision de travailler à l’ordinateur. Selon la chercheure, une telle approche contribue à accroître la participation au marché du travail et à combler le manque prévu de main-d’œuvre.

À l’Inclusive Design Institute, Mme Treviranus propose aux concepteurs de logiciels un ensemble de ressources — notamment des bibliothèques de modules de source ouverte — auxquelles ils peuvent recourir pour réaliser des technologies accessibles. Le Canada, affirme-t-elle, est en voie de devenir un chef de file de l’industrie en matière de conception universelle.

Les résultats des travaux de Jutta Treviranus sont mis en œuvre par le Bureau de la diversité de la fonction publique de l’Ontario. L’Organisation des Nations Unies les a cités dans le cadre de l’élaboration de sa politique sur l’invalidité. En outre, ils font l’objet d’une étude de faisabilité sur l’accessibilité du ministère de l’Éducation des États-Unis. La chercheure a présenté un rapport de recherche lors de la Conférence Brésil-Canada 3.0 de 2012 et elle travaille actuellement sur l’universalité numérique avec des partenaires du Brésil.

Recherche financée par le CRSH : Leveraging Inclusion and Diversity as Canada’s Digital Advantage