Intégrer les étudiants internationaux


Durée

1 min 41 s

Date de publication

24 mars 2014


Description

Chedly Belkhodja présente une synthèse des connaissances ayant pour objectif d’évaluer les facteurs de réussite de l’intégration des étudiants internationaux à la société canadienne – une population qui est en croissance dans les universités de tout le pays. Sa synthèse a mis en lumière les défis que présentent le recrutement d’étudiants internationaux et leur intégration dans des milieux de travail canadiens après l’obtention de leur diplôme. Elle permet de mieux comprendre la façon dont les étudiants internationaux contribuent à la prospérité du Canada.

Lire la transcription

Chedly Belkhodja
Directeur de l’école des affaires publiques et communautaires
Université Concordia



Je crois que notre synthèse des connaissances permet de donner une meilleure idée de la contribution des étudiants internationaux à la prospérité du Canada, et ce, pas seulement sur le plan économique. Elle permet de voir vraiment l’importance que les étudiants internationaux prennent au Canada, maintenant : c’est une population qui est en croissance dans les universités canadiennes et dont l’impact représente beaucoup plus qu’une contribution en termes d’argent; on parle ici d’une contribution en termes de capital social, de capital culturel, d’innovation aussi pour l’économie canadienne. Je dirais donc que c’est plutôt à ce niveau-là que la recherche va amener un éclairage nouveau.

Il y a un élément important : on veut de plus en plus que les étudiants internationaux deviennent des immigrants potentiels au Canada. Il y a des politiques en place en ce sens; on a innové beaucoup sur ce point au Canada, reconnu partout dans le monde pour être un pays qui fait beaucoup en ce qui a trait aux politiques d’immigration pour les étudiants. Je crois que la chose la plus importante à mieux faire maintenant, c’est de s’assurer que les étudiants internationaux puissent, après leurs études, avoir des services adéquats leur permettant de trouver un emploi qui équivaut à leur diplôme. Et ça, c’est très important. Quant à savoir qui donne ces services? Je crois que la capacité d’accompagner les étudiants dans leur processus d’intégration au Canada représente, pour moi, l’enjeu capital.