Domaines des défis de demain et sous-questions connexes

Les six domaines des défis de demain choisis par le CRSH dans le cadre de l’initiative Imaginer l’avenir du Canada sont présentés ci-dessous sous forme de questions. Les sous-questions dont il est fait mention ne constituent pas une liste limitative.

  1. Quelles sont les nouvelles méthodes d’apprentissage dont les Canadiens auront besoin, en particulier dans l’enseignement supérieur, pour réussir dans la société et sur le marché du travail de demain?
  2. Quels effets la quête de ressources naturelles et d’énergie aura-t-elle sur la société canadienne et la place qu’occupe le Canada à l’échelle mondiale?
  3. En quoi les expériences de vie et les aspirations des peuples autochtones du Canada sont-elles essentielles pour bâtir un avenir commun prospère?
  4. Quelles diverses incidences la population mondiale maximale aura-t-elle sur le Canada?
  5. Comment mettre à contribution les nouvelles technologies au profit des Canadiens?
  6. De quelles connaissances le Canada aura-t-il besoin pour réussir dans un monde interconnecté en rapide évolution?



1. Quelles sont les nouvelles méthodes d’apprentissage dont les Canadiens auront besoin, en particulier dans l’enseignement supérieur, pour réussir dans la société et sur le marché du travail de demain?

Le Canada, comme bien d’autres pays, se trouve à un point tournant en ce qui concerne la façon dont son système d’éducation – surtout au niveau de l’enseignement supérieur – est conçu, structuré et offert en fonction des connaissances et des compétences qui sont nécessaires au 21e siècle. Au sein de la communauté des chercheurs et d’autres secteurs, la discussion s’anime en vue de trouver le meilleur moyen de dispenser cet apprentissage.

Sous-questions

  1. De quelles connaissances et compétences et de quels modes de transmission le système d’éducation public a-t-il besoin pour créer une société innovatrice, résiliente et culturellement riche?
  2. Quelles aspirations et attentes du citoyen provenant d’horizons divers viendront alimenter les milieux de travail, les emplois et le marché du travail de demain?
  3. Quelles conditions doivent être réunies pour que les nouveaux modèles de recherche connaissent du succès, en particulier la cocréation de connaissances impliquant les secteurs public, privé et sans but lucratif?
  4. Quel rôle les technologies de l’information et des communications émergentes et perturbatrices jouent-elles dans la démarche d’apprentissage des personnes, des institutions et de la société en général?
  5. Quel doit être le rôle joué par les personnes, les institutions et les gouvernements pour promouvoir et appuyer le cycle des connaissances – y compris la création, l’accessibilité, le maintien en poste et la mobilisation – dans tous les secteurs à l’échelle nationale et internationale?
  6. Comment pouvons-nous exploiter la force du Canada dans les arts, les médias numériques et les industries axées sur la culture afin de générer un bien-être économique, social et culturel?

2. Quels effets la quête de ressources naturelles et d’énergie aura-t-elle sur la société canadienne et la place qu’occupe le Canada à l’échelle mondiale?

La capacité de se prévaloir et de jouir collectivement ainsi que de manière durable des ressources naturelles et de l’énergie dans le contexte des nouvelles technologies et des mécanismes de contrôle, de possession et de gouvernance connexes constitue une question cruciale pour l’avenir du Canada.

Les Canadiens ont toujours été très conscients des vastes ressources de leur pays et ont discuté des meilleurs moyens de gérer efficacement ces ressources. Toutefois, l’exploitation des ressources naturelles du Canada ainsi que les intérêts qu’il a à l’étranger relativement aux ressources naturelles et à l’énergie prennent une place de plus en plus importante.

L’intérêt que portent les autres pays aux ressources du Canada ne cesse d’augmenter, tout comme la demande de ressources naturelles. La capacité du Canada d’exploiter ces ressources à l’aide de nouvelles technologies est sur le point de subir une transformation.

Sous-questions

  1. Quelles seront les conséquences de la quête mondiale de ressources naturelles précieuses, en particulier sur les collectivités canadiennes rurales et éloignées qui dépendent de ces ressources, dont le Nord canadien et l’Arctique?
  2. Quelles pourraient être les incidences culturelles, sociales, économiques et environnementales des technologies perturbatrices utilisées pour accéder aux ressources naturelles et les exploiter (comme la fracturation hydraulique, le forage en haute mer, les drones et la modification génétique)?
  3. Comment peut-on assurer la mise en valeur des ressources naturelles du Canada et leur utilisation dans le respect des droits des collectivités des Premières nations, des Métis et des Inuit ainsi qu’à leur avantage?
  4. De quelle manière la mise en valeur des ressources naturelles du Canada influera-t-elle sur nos régimes de gouvernance et de réglementation, sur nos processus décisionnels et sur notre souveraineté, en particulier dans l’Arctique?
  5. Quels conflits et problèmes de sécurité pourraient découler de nouvelles pressions mondiales à l’égard des ressources énergétiques, naturelles et rares?
  6. Quel sera l’impact des pressions mondiales sur la disponibilité et l’accessibilité de la nourriture, de l’eau et de l’énergie?

3. En quoi les expériences de vie et les aspirations des peuples autochtones du Canada sont-elles essentielles pour bâtir un avenir commun prospère?

Le CRSH a effectué de nombreux investissements proactifs en matière de recherche autochtone au fil des années et il a insisté sur l’adoption d’une approche inclusive à l’égard des Premières nations, des Métis et des Inuit (une recherche « pour, par et avec » eux).

Ces connaissances peuvent être plus efficacement mobilisées afin d’aider les Canadiens à comprendre la situation historique, culturelle, sociale et économique actuelle du pays et de favoriser un avenir commun dynamique.

Sous-questions

  1. Quelles sont les incidences des traités historiques et modernes?
  2. Quels obstacles nuisent à une prise de conscience des valeurs, des cultures et des systèmes de leadership et de savoir traditionnels ou contemporains des Autochtones?
  3. Comment les Canadiens et les Autochtones peuvent-ils accroître la capacité des communautés autochtones de participer à la recherche et d’en bénéficier?
  4. Comment les technologies numériques et les arts créatifs appuient-ils la diffusion et la protection du patrimoine, de la mémoire collective et de l’identité au sein des Premières nations, des Métis et des Inuit?
  5. En quoi la richesse des langues et des cultures en péril des Premières nations, des Métis et des Inuit peut-elle contribuer au patrimoine humain mondial?
  6. Comment peut-on marier les aspirations de la population croissante des jeunes Autochtones avec leur capacité de contribuer à un savoir en évolution et de répondre aux besoins du marché du travail?

4. Quelles diverses incidences la population mondiale maximale aura-t-elle sur le Canada?

Dans les années 1980, la population mondiale augmentait de manière exponentielle, alors que celle du Canada, à l’instar de nombreux autres pays de l’Occident, atteignait déjà son apogée. Selon les estimations de l’Organisation des Nations Unies de 2010, plusieurs pays ont déjà atteint une population maximale et la population mondiale maximale pourrait être aussi atteinte, ou même commencer à diminuer, vers le milieu du siècle.

La question de la population mondiale maximale relance le débat sur la répartition de la population, la jeunesse et la population vieillissante, l’immigration, la migration, les modes de vie urbains par opposition aux modes de vie ruraux, les valeurs de la société et la capacité de peuplement de la terre relativement aux ressources et les conséquences du changement climatique.

Dans ce contexte, à quoi la population du Canada pourrait-elle ressembler d’ici 2030? Quelles sont les conséquences sociales, culturelles, économiques et environnementales possibles?

Sous-questions

  1. Comment peut-on comprendre les nouvelles générations et les soutenir efficacement?
  2. À quoi pourraient ressembler les familles canadiennes dans 5, 10 ou 20 ans? Comment mesureront-elles leur bien-être?
  3. Au Canada comme ailleurs dans le monde, les problèmes liés au cycle de vie posent des défis de société : quelles seront les incidences des lois et des règlements sur la vie des Canadiens, de la naissance au décès?
  4. Quel impact aura la migration à l’échelle mondiale sur les villes de demain?
  5. Quels seront les effets de l’évolution démographique sur les collectivités rurales et éloignées, en particulier dans le Nord canadien et dans l’Arctique?
  6. Quels seront les effets possibles de la population mondiale maximale sur la consommation d’énergie et de ressources ainsi que sur le changement climatique au Canada?

5. Comment mettre à contribution les nouvelles technologies au profit des Canadiens?

Comme l’indique le rapport de 2010 du CRSH intitulé Les humanités en 2010 : mo(n)des de pensée, l’ère numérique est bel et bien arrivée. De nouvelles technologies numériques et autres – notamment l’impression en trois dimensions et la robotique – se développent à une vitesse vertigineuse. Pour utiliser et intégrer ces technologies ainsi que s’y adapter d’une façon efficace, il faut comprendre leurs implications éthiques, environnementales, économiques, juridiques et sociales.

Le Canada – tout comme le reste du monde – a besoin de spécialistes en sciences sociales et de chercheurs en sciences humaines qui étudieront ces questions. En comprenant comment les plus récents outils peuvent servir à poser les questions et à y répondre, la société canadienne peut prévoir ce virage, en limiter les risques et profiter des occasions qui se présentent.

Sous-questions

  1. Comment peut-on maximiser un accès équitable aux technologies de l’information et des communications, encourager la culture numérique et en réduire le fossé au Canada et à l’étranger?
  2. Comment les nouvelles technologies pourraient-elles influer sur le comportement des institutions, des gouvernements et des Canadiens dans tous les aspects de leur vie?
  3. Comment peut-on comprendre les risques, les possibilités et les enjeux éthiques des progrès soulevés par les avancées technologiques et par l’adoption de technologies perturbatrices (p. ex. impression en trois dimensions, robotique, nanotechnologie, fracturation hydraulique et drones)?
  4. Comment les citoyens, les organisations et les gouvernements peuvent-ils concilier les besoins concurrents liés à la sécurité et au respect de la vie privée dans une société de plus en plus « ouverte »?
  5. Comment les citoyens canadiens seront-ils touchés par les « données massives » ainsi que les nouvelles techniques d’analyse de données et de gestion de l’information?
  6. Pourquoi l’exploration spatiale est-elle importante pour l’avenir de la recherche et de l’éducation ainsi que pour stimuler la créativité au Canada?

6. De quelles connaissances le Canada aura-t-il besoin pour réussir dans un monde interconnecté en rapide évolution?

D’un point de vue économique, social et culturel, le paysage mondial a beaucoup changé. Nous vivons dans un monde où le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine se démarquent clairement – sur les plans économique, politique et culturel – et où d’autres pays, notamment ceux qui font partie de CIVETA (Colombie, Indonésie, Vietnam, Égypte, Turquie et Afrique du Sud) et de l’Afrique subsaharienne, connaissent des taux de croissance économique phénoménaux.

Des communautés d’expatriés de ces régions sont réparties dans tout le Canada. Pour que celui-ci puisse prospérer au 21e siècle, il doit comprendre à fond sa propre population, y compris ce qui concerne l’intégration des communautés dans la société canadienne, de même que les langues, les cultures, l’histoire, les effets économiques et l’intégration des populations du reste du monde.

Sous-questions

  1. Comment les événements mondiaux agissent-ils à l’échelle locale et comment peuvent-ils avoir une influence sur la position du Canada dans un monde en rapide évolution?
  2. Comment les nouvelles pratiques commerciales mondiales et les relations internationales influent-elles sur la position du Canada dans le monde?
  3. Comment une meilleure compréhension des diasporas de plus en plus interconnectées peut-elle aider le Canada sur les plans socioéconomique et culturel?
  4. Comment une connaissance approfondie et systémique des régions émergentes dans le monde peut-elle aider le Canada à saisir de nouvelles occasions tout en tenant compte des risques?
  5. Comment le Canada peut-il devenir plus résilient et préserver la stabilité, la paix et la sécurité publique face aux bouleversements mondiaux, comme les désastres naturels et les conflits émergents?
  6. De quelle façon une compréhension du modèle canadien de société civile et de sa diversité peut-elle contribuer à cette même compréhension au sein d’autres sociétés marquées par une forte migration au 21e siècle?