Prix impacts 2014 : NICO TROCMÉ (CONNEXION)

Nico Trocmé

Nico Trocmé

Université McGill

Une voix pour les jeunes

Le lauréat du prix Connexion de 2014 s’affaire à améliorer les services de protection de l’enfance

Depuis 25 ans, Nico Trocmé, de l’Université McGill, lauréat du prix Connexion de 2014, est un ardent défenseur des jeunes. Il est l’un des principaux chercheurs sur la protection de l’enfance au Canada, et sa contribution à la mise au point d’outils de partage de connaissances novateurs a été fort importante. Ces outils permettent d’accéder à une vaste quantité de résultats de recherche et de données qu’utilisent les groupes de défense des droits des enfants et les fournisseurs de services gouvernementaux pour mieux comprendre et mieux combler les besoins des jeunes personnes à leur charge. Le prix Connexion souligne son engagement exceptionnel et efficace auprès de la communauté des chercheurs et au-delà de celle-ci.

Un chercheur novateur et dévoué

Directeur de l’École du travail social de l’Université McGill et titulaire de la Chaire Philip Fisher en travail social de cette même université, M. Trocmé est un spécialiste de renom international dans son domaine. On décrit fréquemment son travail comme étant avant-gardiste et unique dans son utilisation de la recherche empirique pour répondre aux besoins en gestion, en politiques et en défense des droits des organisations communautaires et des organismes gouvernementaux.

La recherche de Nico Trocmé démontre que les enfants des Premières Nations étaient 12 fois plus susceptibles d’être placés dans un foyer que les enfants non autochtones.

M. Trocmé est l’auteur d’une série inédite d’études canadiennes sur la violence faite aux enfants, la négligence et le placement d’enfants hors du foyer. Il a consacré la première moitié de sa carrière à la direction d’études provinciales et nationales innovantes sur la protection de l’enfance. Citons parmi ses contributions principales à la recherche une étude où l’on démontrait que les enfants des Premières Nations étaient 12 fois plus susceptibles d’être placés dans un foyer que les enfants non autochtones. Cette étude est toujours aujourd’hui la seule source de statistiques nationales sur les services de protection de l’enfance au Canada.

Il a également été responsable de la remarquable Étude d’incidence canadienne et de la Matrice d’indicateurs des résultats; ensemble, ces initiatives ont contribué à l’élaboration de nouveaux modèles de prestation de services et de systèmes d’évaluation du rendement pour les organismes veillant à la protection de l’enfance au pays.

Améliorer la norme des soins

Aujourd’hui, M. Trocmé ne cesse d’élargir la portée de sa recherche, pour qu’elle puisse avoir le plus d’effets bénéfiques possible sur les politiques et les pratiques associées à la protection de l’enfance, en incitant les gouvernements à veiller à ce que les jeunes personnes qu’ils prennent en charge reçoivent les meilleurs soins, plutôt que les soins de qualité minimale.

Comme directeur fondateur du Centre d'excellence pour la protection et le bien-être de l’enfance, M. Trocmé a mis sur pied le premier réseau national de chercheurs et de décideurs s’intéressant au bien-être des enfants et a fourni des fonds de démarrage à de nombreuses initiatives de recherche sur le bien-être des enfants qui sont maintenant des initiatives permanentes.

En s’appuyant sur des données recueillies et analysées en partenariat avec des organisations des Premières Nations, M. Trocmé a également témoigné comme expert aux délibérations du Tribunal canadien des droits de la personne sur le sous-financement systématique des services d’aide sociale à l’enfance au sein des Premières Nations.

Il appuie toujours activement les politiques et les pratiques liées à la protection de l’enfance qui sont axées sur la recherche. Il a présenté des preuves en tant qu’expert au cours de diverses enquêtes des services de protection de l’enfance et devant des commissions et des tribunaux en Ontario, au Québec et au Manitoba; il est membre du comité de surveillance de la mise en œuvre des réformes aux services de protection de l’enfance de l’Alberta et est ancien coprésident de l’Alberta Child Intervention Review; il est également membre de comités de recherche et d’évaluation de plusieurs organismes communautaires locaux, y compris l’organisation Bathshaw Youth and Family Services et le Centre de pédiatrie sociale.

Accroître la capacité de recherche pour protéger les jeunes

Depuis peu, M. Trocmé se charge de la mise au point d’outils d’analyse et de mobilisation des connaissances pour permettre aux groupes de défense des droits de l’enfance et aux fournisseurs de services gouvernementaux de mieux comprendre et de mieux combler les besoins des jeunes faisant partie du réseau d’aide sociale à l’enfance. Son projet de recherche de « développement de la capacité de recherche au sein des Premières Nations et des services principaux de protection de la jeunesse du Québec » est un partenariat financé par le CRSH dans le but de comprendre la dynamique et les résultats des services de protection de l’enfance pour les enfants des Premières Nations et les enfants qui ne font pas partie des Premières Nations. Le partenariat réunit des chercheurs affiliés au Centre de recherche sur l’enfance et la famille de l’Université McGill et des partenaires en milieu communautaire, y compris quatre grands organismes de protection des jeunes, un organisme de protection des jeunes des Premières Nations et deux associations de services provinciales représentant les grands fournisseurs de services et les fournisseurs de services des Premières Nations.

S’intéressant à un domaine où les organismes de services sociaux n’ont toujours disposé que d’une infrastructure officielle limitée pour faire leur propre évaluation et n’ont jamais eu la capacité de tirer pleinement parti de la recherche existante, M. Trocmé est depuis longtemps tenant de la collaboration en recherche appliquée et des démarches axées sur les faits.

Nico Trocmé a eu un effet profond et durable sur la recherche en protection de l’enfance et les pratiques connexes au Canada. Sa recherche et son leadership ont influé sur le processus décisionnel touchant la protection de l’enfance à l’échelle nationale. Sa recherche a entraîné un recentrage des politiques et des programmes, fourni des valeurs de référence contre lesquelles on peut évaluer les effets des programmes et orienté les décisions concernant l’attribution des ressources.

Pendant toute sa carrière, M. Trocmé a fait en sorte que sa recherche axée sur la communauté soit menée dans l’intérêt de la communauté, à son avantage et avec sa contribution et a veillé à partager les résultats de sa recherche le plus largement possible — des principes qui cadrent parfaitement avec l’esprit des prix Connexion du CRSH.

Biographie : Nico Trocmé

Nico Trocmé est directeur de l’École du travail social et titulaire de la Chaire Philip Fisher en travail social de l’Université McGill. Monsieur Trocmé est le chercheur principal de l’ouvrage Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants (1993, 1998, 2003 et 2008) et le chercheur responsable d’une initiative fédérale-provinciale-territoriale visant à créer un ensemble national de mesures des résultats pour le bien-être de l’enfance. Il est également responsable du Portail canadien de la recherche en protection de l'enfance. Il s’occupe actuellement d’une initiative de développement de la capacité de recherche et de mobilisation des connaissances mettant à contribution des organismes de protection de l’enfance et des fournisseurs de services autochtones au Québec.

Reconnu comme l’un des chercheurs en travail social les plus prolifiques au Canada, M. Trocmé est l’auteur de plus de 130 publications scientifiques, a reçu quelque 25 millions de dollars en financement par le biais de subventions et de contrats et a encadré par son mentorat une nouvelle génération de chercheurs canadiens s’intéressant au domaine de la protection de l’enfance.

M. Trocmé a offert des services de consultation sur les politiques et les programmes de protection de l’enfance à plusieurs gouvernements provinciaux et organisations autochtones et est intervenu, en tant que témoin expert, dans le contexte d’enquêtes et devant des tribunaux. Avant d’obtenir son doctorat, M. Trocmé a été pendant cinq ans intervenant social en santé mentale et protection de l’enfance.