Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diane Conrad

Prix Aurore du CRSH

Pour Diane Conrad, le théâtre est synonyme de changement.

Voilà qui explique son intérêt pour l’enseignement de l’art dramatique, domaine de recherche qu’elle explore en tandem avec les jeunes détenus d’un établissement correctionnel en Alberta. Elle éprouve de l’empathie pour ces jeunes, insatisfaits de leur sort.

Professeure à l’University of Alberta, Mme Conrad se sert du jeu théâtral pour amener les jeunes à jeter un regard sur les comportements et les conditions sociales à l’origine de leur réclusion et à en saisir les causes profondes. Elle travaille également avec eux à mettre en scène des scénarios inspirés de leur vie et des problèmes qu’ils ont vécus. Lorsqu’ils descendent de scène, elle les amène à porter une réflexion critique sur les choix qu’ils ont faits et à proposer des pistes de solution.

En étant libres d’agir comme ils l’entendent – même si c’est par la voie théâtrale –, les jeunes peuvent s’imaginer exercer ce pouvoir d’action dans le monde réel et comprennent que les gestes qu’ils posent peuvent avoir un effet positif sur eux, sur leur communauté et sur la société en général.

Mme Conrad a toujours cru au pouvoir transformateur de l’art. Toutefois, après avoir terminé son baccalauréat en écriture dramatique et en enseignement du théâtre gestuel, elle s’est aperçue que le théâtre traditionnel n’était pas à la hauteur de ses espérances. Elle est donc partie en Afrique, où elle a enseigné bénévolement pendant cinq ans. Puis, elle a obtenu son baccalauréat en éducation et a enseigné trois ans dans différentes écoles des Territoires du Nord-Ouest.

Depuis qu’elle fait carrière en recherche, elle travaille avec les jeunes à risque, c’est-à-dire les jeunes qui ont tendance à s’attirer des ennuis. Au lieu d’en faire des victimes, comme beaucoup sont tentés de le faire, Mme Conrad les traite d’égal à égal, en tant que participants à son projet de recherche. Et cette différence cruciale lui a valu le Prix Aurore, qui est décerné à un jeune chercheur reconnu pour ses travaux originaux et stimulants.

Son travail auprès des jeunes détenus offre ce que tout travail artistique devrait offrir : la chance de prendre un léger recul face à soi et au reste du monde afin de pouvoir faire ses propres apprentissages. Ce recul permet de faire un grand pas vers un véritable changement, résultat d’un cheminement personnel qui a toutes les chances de rejaillir sur l’ensemble de la société.