Bourses d’études supérieures du Canada en l’honneur de Nelson Mandela – Boursiers de 2015

En 2015, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada ont attribué à des étudiants à la maîtrise et au doctorat les 20 premières bourses d'études supérieures créées en l'honneur du regretté Nelson Mandela, ancien président de l'Afrique du Sud et leader de la lutte contre l'apartheid.

La création des bourses d’études supérieures du Canada en l’honneur de Nelson Mandela avait été annoncée à la suite du décès de ce dernier, en décembre 2013. Voici les profils de quatre boursiers qui, par leurs activités d’apprentissage, rendent hommage à l’héritage légué par Nelson Mandela ainsi qu’à sa quête de paix, de démocratie et de liberté.


Patrick Balazo
Dalhousie University



Apatridie, droits de la personne et paradoxe de la souveraineté : avantages de l’obtention de la citoyenneté par des personnes auparavant apatrides au Sri Lanka et au Bangladesh

Dans le cadre de la campagne mondiale du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés visant à mettre fin à l’apatridie d’ici 2024, Patrick Balazo se penchera sur les avantages associés à l’obtention de la citoyenneté par des personnes auparavant apatrides en Asie du Sud. Il tentera plus particulièrement de déterminer si l’obtention de la citoyenneté s’est traduite par un respect plus diligent de leurs droits humains les plus fondamentaux.

« Cette bourse me permettra d’honorer l’héritage de Nelson Mandela et, à ma modeste façon, de contribuer au respect des droits fondamentaux de la personne. »

Yan Grenier
Université Laval



Pour une anthropologie ontologique du handicap : expériences de déplacement des personnes ayant des incapacités dans la ville de Québec

Recherche portant sur les impacts qu’ont les infrastructures de déplacement de la ville de Québec sur les conditions dans lesquelles s’exercent la participation sociale et les droits, ainsi que sur les obstacles que les personnes handicapées doivent surmonter en vue d’une plus grande inclusion sociale.

« Je souhaite que mes recherches sur les déplacements des personnes ayant des incapacités contribuent à réduire les défis quotidiens auxquels elles sont confrontées et qui nuisent à leur participation sociale. »

Ildiko Kovacs
University of British Columbia



Enfants et jeunes vivant en milieu urbain

Ildiko Kovacs examinera comment la participation des enfants et des jeunes à l’aménagement urbain peut s’avérer éducative et peut favoriser le développement communautaire. Son étude se concentrera tout particulièrement sur les principaux avantages associés à la participation des jeunes à des initiatives de planification. Mme Kovacs compte établir comment une participation appréciable à un projet de planification peut être une forme de sensibilisation à la durabilité et comment elle peut promouvoir l’engagement communautaire et civique. Elle examinera également comment, par la formation pratique, la collaboration et le dialogue, un enfant peut acquérir une compréhension approfondie de la vie dans une société diversifiée sur le plan culturel.

« Ayant en tête ce que disait Nelson Mandela, je ne cesse de me poser cette question, que se posent sans doute tous les chercheurs : mes travaux contribuent-ils à la création du monde juste et équitable qu’il avait imaginé? »

Jessica Reid
Trent University



Influence des visites à un parent incarcéré sur l’attachement de l’enfant, l’intériorisation et la délinquance

Malgré un taux croissant d’incarcération parentale et la spirale de la criminalité intergénérationnelle, les enfants dont l’un des parents est incarcéré n’ont guère fait l’objet d’études, en particulier au Canada. Les travaux de Jessica Reid nous permettront de mieux comprendre comment l’incarcération d’un parent peut avoir une incidence sur la sécurité affective, l’intériorisation et la délinquance chez les enfants. Ils nous en apprendront davantage sur les expériences respectives des fils et des filles d’un parent incarcéré. Mme Reid examinera également dans quelle mesure les visites faites à un parent en prison peuvent réduire les effets de l’incarcération parentale.

Jessica Reid est l’une des fondatrices de Fostering, Empowering, and Advocating Together (FEAT) for Children of Incarcerated Parents, un groupe qui vient en aide aux enfants et aux jeunes à risque de l’Ontario dont l’un des parents est incarcéré.

« Je suis très reconnaissante d’avoir reçu cette prestigieuse bourse en l’honneur de Nelson Mandela et de pouvoir ainsi sensibiliser davantage la population à la nécessité d’aider les enfants qui ont un parent en prison et de mettre fin à la spirale de la criminalité intergénérationnelle. »