Le partenariat : clé de la réussite – Faire respecter les droits des travailleurs


Durée

3 min 56 s

Date de publication

17 février 2014


Description

Leah Vosko parle de son partenariat, qui vise à étudier la nature, l’étendue et la portée des normes d’emploi ainsi que les violations de ces normes dont sont victimes les travailleurs de l’Ontario, en particulier ceux qui occupent des postes précaires.

Lire la transcription

Leah Vosko : Ce que nous voulons faire, c’est étudier la nature, l’étendue et la portée des normes d’emploi ainsi que les violations de ces normes dont sont victimes les travailleurs, en particulier ceux qui occupent des postes précaires. Nous avons ciblé l’Ontario parce que c’est la province canadienne la plus industrialisée, la plus diversifiée au point de vue démographique et la plus peuplée.

Je définirais les emplois précaires comme étant des emplois qui comportent beaucoup d’instabilité, de bas salaires, des risques de maladie et une certaine incertitude quant à l’avenir.

Nous examinons la question de la mise en application des normes d’emploi sous différents angles. Nous travaillons avec les cliniques communautaires d’aide juridique et les centres d’emploi de l’ensemble de l’Ontario qui offrent des services aux personnes ayant un emploi précaire susceptibles d’être victimes des violations des normes d’emploi. Nous travaillons aussi avec le ministère de l’Emploi, qui est responsable de la mise en application de ces normes, ses agents affectés à la mise en application et les téléphonistes des centres d’appel. Nous collaborons également avec le Syndicat des employées et employés de la fonction publique de l’Ontario, qui représente les travailleurs chargés d’offrir le soutien que propose le Ministère en matière de normes d’emploi, et avec la Commission du droit de l’Ontario, qui est responsable de la réforme juridique de la province. Et il y a sept universités qui participent au projet.

L’une des forces de ce projet est son caractère concret. En même temps que nous discutons avec les travailleurs de leur expérience vécue dans des emplois précaires et des problèmes de mise en application des normes d’emploi auxquels ils sont exposés, nous parlons à des défenseurs des droits des travailleurs qui s’assurent que ces droits sont respectés et nous collaborons avec les représentants du Ministère chargés d’offrir du soutien.

Ce que nous tentons de faire en favorisant une telle approche, c’est d’évaluer le problème, son étendue et sa portée, de l’examiner en considération de l’industrie, des emplois occupés et du milieu social des personnes concernées. L’expérience de la mise en application des normes d’emploi est-elle différente pour les femmes, les personnes de couleur ou les nouveaux immigrants? Nous sommes présents dans sept ou huit endroits qui reflètent la diversité de l’Ontario sur les plans démographique et industriel, ce qui nous permet d’avoir un portrait précis du défi que pose le respect des droits des travailleurs.

Le projet vise à permettre un dialogue où se côtoient la théorie (la façon dont on perçoit le monde), la méthodologie (la façon dont on produit des connaissances) et la réalité empirique (la nature des résultats qui émergent) en vue de favoriser un changement social.

Nous faisons l’acquisition de connaissances qui sont d’une importance cruciale pour l’amélioration de la société. Pour l’instant, notre recherche est centrée sur l’Ontario, mais nous croyons que ce qui s’y passe est représentatif de ce qui se passe ailleurs.

Notre objectif, c’est d’arriver à réduire l’écart qui existe entre la théorie et la pratique afin que les droits des personnes soient respectés et que ceux qui sont là pour aider à les faire respecter aient les moyens de le faire.