Le partenariat : clé de la réussite – Créer des communautés solides


Durée

1 min 48 s

Date de publication

19 juillet 2013


Description

David Newhouse et Tricia McGuire‑Adams parlent de leur partenariat de recherche, qui porte sur la façon dont les citoyens parviennent à bâtir des communautés solides.

Leur modèle s’éloigne de l’approche de recherche centrée sur le déficit pour en adopter une qui est axée sur la réussite et qui est profitable tant aux chercheurs qu’aux membres de la communauté.

Lire la transcription

David Newhouse : Nos partenaires au sein de l’Urban Aboriginal Knowledge Network sont l’Association nationale des centres d’amitié, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ainsi que 57 autres partenaires de tout le pays.

Nous cherchons à comprendre comment les citoyens parviennent à bâtir des communautés solides. Nous tentons de nous concentrer sur les réussites et sur ce que les gens réalisent. Il s’agit là d’une image des communautés autochtones très différente de celle que donnent en général les comptes rendus de recherche.

Dans le cadre de nos recherches, nous tirons parti des acquis de l’Association nationale des centres d’amitié et de plus de 120 centres du pays dotés d’un large éventail d’expériences et de connaissances formidables, ce qui aide les responsables de l’élaboration des politiques publiques.

Tricia McGuire‑Adams : Il s’agit d’un processus qui a la communauté comme levier. C’est elle qui nous fera savoir à quels enjeux elle fait face et comment elle tirera profit de cette démarche. C’est dire que nos recherches porteront sur la communauté et sur les bienfaits qui lui reviendront.

David Newhouse : La communauté bénéficiera des avantages que lui confère la recherche universitaire et tirera profit d’autres expériences. Voilà pourquoi ce partenariat allait de soi.

Tricia McGuire‑Adams : Nous nous éloignons de l’approche centrée sur le déficit pour en adopter une qui s’attache à la régénération de la communauté. Toutefois, les recherches portant sur l’identification de ces réussites sont insuffisantes.

Dans le cadre de ce projet de recherche, nous avons adopté une approche profitable à tous.

David Newhouse : Nous avons fait appel à la structure gouvernementale et défini clairement ce que nous comptions faire, à savoir tenter de rassembler de multiples connaissances et points de vue différents et les appliquer à un phénomène en particulier dans l’espoir de mieux le comprendre et d’en saisir la complexité. Ce faisant, les peuples autochtones urbains seront en mesure d’appuyer l’innovation et les politiques sociales, ce qui se traduira par de meilleures communautés et par une meilleure qualité de vie.