Le partenariat : clé de la réussite – Revitaliser les langues autochtones


Durée

3 min 56 s

Date de publication

17 février 2014


Description

Marianne Ignace et Lucy Bell présentent leur partenariat regroupant 23 organisations communautaires autochtones qui travaillent à la revitalisation et à la sauvegarde de langues autochtones gravement menacées au 21e siècle.

Lire la transcription

Marianne Ignace : Notre partenariat porte un regard sur les langues des Premières Nations au 21e siècle en considérant le passé pour mieux se tourner vers l’avenir. Il rassemble 23 organisations communautaires autochtones qui travaillent, de concert avec des collaborateurs et des partenaires universitaires, à la revitalisation des langues autochtones et à leur sauvegarde.

Lucy Bell : Pour nous, c’est important de pouvoir bénéficier d’une subvention étalée sur sept ans parce que notre langue haïda est sur le point de disparaître. Ça va nous permettre de planifier à plus long terme, d’unir nos efforts pour assurer la revitalisation de notre langue.

Marianne Ignace : La Colombie-Britannique, où nous travaillons, est en quelque sorte le creuset de la diversité culturelle au Canada. Huit familles linguistiques y sont représentées et une trentaine de langues autochtones s’y côtoient. Chacune de ces 30 langues est gravement menacée ou, comme la langue Xaad Kil des Haïda, en voie d’extinction. En fait, pour bon nombre des 12 langues auxquelles s’intéresse notre partenariat, il ne restera plus, au terme des sept années que durera la subvention, de locuteurs natifs parmi les gens qui parleront couramment une de ces langues.

Je crois que le fait de mettre les aînés en contact avec des personnes qui pourront poursuivre le travail permettra, dans une certaine mesure, de laisser un héritage extraordinaire, de garder ces langues vivantes.

En tant que chercheurs universitaires, nous pouvons travailler avec les communautés linguistiques des Premières nations et avec les organisations qui soutiennent ou du moins qui s’efforcent de soutenir ces langues. Selon moi, les subventions de partenariat offrent un avantage considérable en ce sens : elles permettent de travailler en collaboration et d’amener les choses à un autre niveau.